Les défis du digital dans le secteur aéronautique

Témoignage de SABCA (Société Aéronautique Belge de Construction Aéronautique)

 

sabca aéronautiqueLe secteur aéronautique est en pleine mutation, poussant ses acteurs à évoluer et repenser leur outil industriel. En lien avec sa stratégie visant à devenir plus robuste, profitable et compétitive, SABCA a lancé il y a 2 ans une transformation complète de son organisation. Après avoir travaillé à stabiliser ses processus, l’entreprise centenaire souhaite désormais profiter de la digitalisation pour les piloter efficacement. Dans cet article, nous verrons le cheminement que ce fournisseur mondial de rang 1 a emprunté pour digitaliser avec succès son pilotage de la performance.

 

Répondre à un contexte qui évolue rapidement

pilotage activitéLes processus de fabrication dans l’aéronautique évoluent aujourd’hui beaucoup plus rapidement qu’il y a quelques années. Anthony Bonneval, manager de l’amélioration continue au sein de SABCA, le confirme : “il était usuel que nous travaillions sur des programmes et produits qui n’évoluent pas durant de nombreuses années. Aujourd’hui, ils changent fréquemment, donc nos méthodes de production et de conception aussi. Nous nous devons d’être réactifs et agiles pour pouvoir répondre aux nouvelles exigences de nos clients, tout en conservant notre compétitivité”.

De plus, de nouveaux enjeux apparaissent. Dans l’aviation civile, la maîtrise de l’impact écologique prend une part prépondérante. Dans le spatial, l’arrivée de nouveaux acteurs proposant des lanceurs plus petits ou réutilisables met la pression sur les coûts. “Nous cherchons en permanence des solutions pour réduire les émissions des avions et étendre leur rayon d’action. Pour le spatial, la réduction des durées de développement nous obligent à explorer des nouvelles technologies comme l’impression 3D. De fait, les développements sont plus fréquents et plus rapides”, ajoute Anthony Bonneval.

Enfin, les clients répercutent de plus en plus de pression en augmentant leur niveau d’exigences, en termes de qualité et de délais. “Nous observons plus de challenges de la part de nos clients, et cela ne se limite pas à l’aviation civile, mais s’étend aussi au militaire et au spatial. Nous devons donc ancrer chez chacun de nos collaborateurs une véritable culture d’Amélioration Continue.” précise David Vermoesen, chef de projet Digitalisation. Autant de facteurs qui amènent les entreprises à chercher des solutions de pilotage faisant gagner en agilité.

Initier le changement de culture avec le Lean Management

lean management aéronautiqueLe basculement vers une culture de Lean Management, méthode empruntée à l’industrie automobile, vise à responsabiliser les équipes quant à leur niveau de performance. Elles doivent être capables de cibler les sujets pertinents et conduire les actions jusqu’à l’amélioration de la satisfaction client. C’est encore plus stratégique pour l’aéronautique, car ces mêmes clients ont pour habitude d’auditer et de visiter régulièrement les sites de production de leurs fournisseurs. Il est donc primordial de leur prouver que des actions sont initiées pour répondre à leurs exigences et qu’elles sont efficaces.

En 2019, Sabca a focalisé ses efforts sur le déploiement du management visuel : fournir une information claire et précise que chaque équipe peut traduire en actions. Les spécialistes en Amélioration Continue se sont alors penchés sur le développement d’un standard ayant pour ligne conductrice la mise à disposition d’une information lisible et pertinente, facilement traduisible en actions. Sur le terrain, cela est concrétisé par le déploiement des panneaux “SQCDP” pour Sécurité, Qualité, Coûts, Délais, et Personnel, les cinq piliers de la performance analysés quotidiennement. Cela a permis de donner aux équipes de production une visibilité sur la satisfaction client. Un important changement de culture s’est alors opéré grâce à la responsabilisation des collaborateurs qui se sont engagés dans cette démarche de progrès constant.

Mais la version papier de ce SQPDP a des limites : mise à jour fastidieuse, flexibilité réduite, exploration des données impossible, management complexe des actions, échanges top-down / buttom-up limités. Autant de raisons qui ont poussées SABCA à se servir de son retour d’expérience pour imaginer son management visuel 2.0.

Pérenniser la démarche grâce au digital

management visuel digitalAprès avoir envisagé différentes approches, SABCA a décidé de digitaliser ses panneaux SQCDP. “Tout l’intérêt de ces panneaux digitaux est de disposer d’une information fiable et actualisée pour pouvoir réagir rapidement en cas d’écart de performance. Le processus de digitalisation a été grandement accélérer par l’expérience que nous avions acquise avec la version papier : nous savions de quels indicateurs nous avions besoin et comment obtenir les données pour les construire ; qu’elles proviennent de notre ERP ou de toute autre source d’information.

Mais lors de la phase de prototypage, nous avions pris conscience de la puissance de l’outil digital et nous sommes allés plus loin dans la démarche. Cela nous a offert une nouvelle perspective : collecter simplement de nouvelles informations sur lesquelles l’outil génère des statistiques. Nous pouvons désormais visualiser d’autres catégories de déviations, bien plus en amont, et basculer d’une approche réactive à une approche préventive.” détaille Anthony Bonneval.

David Vermoesen poursuit sur l’importance du second aspect du management visuel : “Le visuel n’est intéressant que s’il induit la prise d’actions. Nous avons énormément travaillé sur la gestion des actions pour intégrer la remontée des points bloquants et la redescente de décision. La communication entre les niveaux hiérarchiques est un point crucial. Là où le SQCDP avait entamé un changement de culture, le digital va agir comme un mécanisme de renforcement. De nombreuses frustrations naissaient de la lenteur à voir les actions se concrétiser et le risque de démotivation est encore plus grand qu’en l’absence de toute mesure. Vous ne pouvez pas montrer des indicateurs, aussi précis fussent-ils, sans supporter la résolution de problèmes. En ce sens, le SQCDP digital cadre parfaitement avec les trois valeurs fondamentales de SABCA : travail en équipe, fiabilité et innovation.

Malgré toute la pertinence et la puissance du digital, la seule mesure de réussite sera son adoption par les équipes sur le terrain. Aujourd’hui, SABCA porte donc une attention toute particulière à l’accompagnement du changement : la communication, la formation et à l’implication de ses collaborateurs visent à faire de ce déploiement un succès pérenne au sein de ce grand projet de modernisation. “L’innovation doit être au service de la Performance”, conclu David Vermoesen.  

Claire Jolimont

Claire Jolimont

CEO de PingFlow