L’exploitation des données et les technologies digitales amènent les entreprises à revoir leurs méthodes de travail. Le management doit évoluer avec cette transformation. En exploitant de multiples données, il est possible de développer des organisations agiles et un environnement propice à la créativité. On parle alors de data driven management. Mais, concrètement, comment mettre en place ces nouvelles méthodes de management ? Comment animer les équipes autour de la data ? Autant de questions auxquelles nous tentons de répondre dans cet article.

Data driven management : communiquer et informer les collaborateurs

engagement collaborateurLe premier objectif de ce type de management est d’améliorer la communication avec les collaborateurs. Le but est de leur fournir une information totalement transparente. Il est donc nécessaire de définir des indicateurs utiles pour l’entreprise et de les transmettre de façon efficace, visuelle et intelligible : des KPIs financiers, RH, métiers…

Pour cela, de nombreux moyens sont à votre disposition : par email, par messagerie instantanées type Slack, dans des tableaux de bord, affichage papier, affichage digital… À l’heure de la digital workplace, nous vous préconisons de vous équiper d’outils digitaux, plus faciles à mettre à jour, plus attractifs pour vos équipes et évolutifs. Les écrans de management visuel sont un excellent support pour favoriser la transmission d’informations internes ou externes. Cela permet également aux entreprises qui ont plusieurs sites de communiquer auprès des collaborateurs qui ne se trouvent pas au siège. Chacun dispose donc du même niveau d’information, ce qui fédère les équipes.

Data driven management : encourager la collaboration

Instaurer un management data driven permet de favoriser la collaboration entre les équipes et l’engagement des salariés. En effet, la vision claire de l’activité à un instant T permet d’évaluer la charge de travail en cours, à venir et de mobiliser les ressources pour l’assumer. Naturellement, grâce à cette meilleure visibilité, les services les moins chargés pourront aider temporairement ceux qui en ont besoin.

Dans une démarche de data driven management, il est important de ne pas uniquement mettre en avant les KPIs, mais également les bonnes pratiques, les tops et les flops, les problèmes, mais aussi les plans d’action en vue de la résolution de ces problèmes dans une démarche d’amélioration continue… afin de trouver rapidement des solutions en cas de dysfonctionnement et de ne pas laisser la situation se détériorer. En se sentant écoutés et valorisés, les collaborateurs s’investiront davantage dans leurs missions. Et ce n’est plus à prouver : l’engagement des salariés est source de valeur pour les entreprises.

Data driven management : animer et fédérer les équipes autour de la donnée

collaboration management visuelDans de nombreuses entreprises, les briefs ou rituels rythment les journées des collaborateurs. Alors, pourquoi ne pas profiter de ces moments d’échanges pour ancrer le management data driven dans l’ADN de l’organisation ? Il est temps de transformer ces réunions pour les rendre plus efficaces. Les supports de management visuel sont d’excellents vecteurs : ils permettent d’illustrer tous vos propos, qui seront ainsi mieux retenus par vos équipes. Cela permet également d’ouvrir le dialogue et d’échanger davantage autour des KPIs affichés pour mettre en place les plans d’action associés. Vous pouvez mettre en avant la charge de travail, voir ce que les équipes peuvent assumer ou non, aménager les plannings si besoin, résoudre les problèmes identifiés à plusieurs, demander de l’aide si besoin, valoriser les succès de certains projets, diffuser les bonnes pratiques…

Avec le data driven management, le rôle du manager change : il est davantage un animateur qu’un donneur d’ordre. N’hésitez pas à renforcer cette transformation en proposant à vos collaborateurs d’animer les briefs (s’ils sont volontaires), cela renforce leur engagement. Dans un premier temps, cela demande plus de travail de préparation de la part du management (définir les informations à afficher, construire les tableaux de bord, mettre à jours les fichiers…), mais c’est un énorme gain de temps par la suite car les collaborateurs gagnent en productivité et en implication. Le management visuel permet, en facilitant le partage d’information, de mettre en évidence tous les petits problèmes à résoudre qui peuvent entraver l’activité. Il faut donc accepter d’être confronté à ces problématiques et apprendre à trouver la solution rapidement. D’autant plus que le management visuel servira aussi à illustrer les progrès réalisés et célébrer les succès collectifs !

Si le management visuel permet d’améliorer la collaboration et la productivité dans une démarche data driven, attention à ne pas noyer vos équipes d’informations, au risque de vous éparpiller. C’est un canal de communication supplémentaire, mais il ne se substitue pas aux autres outils collaboratifs ou d’exploitation de la data. Vous souhaitez vous lancer mais ne savez pas par où commencer ? N’hésitez pas à faire appel à un expert confirmé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *